Journée Internationale de l’Alphabétisation, le discours de Monsieur le Ministre de l’Education


untitledAprès le lancement de la commémoration de la Journée Internationale de l’Alphabétisation à Yélimané dans la Région de Kayes le 4 septembre dernier par Monsieur le Ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Professeur Salikou Sanogo, Les cérémonies de clôture des activités ont eu lieu le mercredi 8 septembre 2010 au centre de Conférence de Bamako.
Voici le discours de Monsieur le Ministre à cette occasion :

- Monsieur le Gouverneur du District de Bamako ;
- Monsieur le Maire du District de Bamako ;
- Mesdames, Messieurs les Maires ;
- Mesdames, Messieurs les Partenaires Techniques et Financiers ;
- Mesdames, Messieurs les représentants des coordinations régionales et des organisations de la société civile impliquées dans la mise en œuvre des actions d’alphabétisation;
- Mesdames, Messieurs les Directeurs des services centraux et rattachés du Département de l’Education Nationale ;
- Mesdames, Messieurs les représentants de la coopération bi et multi-latérale et des organisations sous-régionales et internationales accréditées au Mali;
- Mesdames, Messieurs les Directeurs et Directrices des Académies d’Enseignement et des Centres d’Animation Pédagogique ;
- Mesdames, Messieurs les participants;
- Honorables invités ;

Je voudrais tout d’abord souhaiter à toutes et à tous la bienvenue et vous remercier pour avoir si massivement répondu à cette invitation pour la commémoration de la Journée Internationale de l’Alphabétisation, malgré vos multiples occupations. Votre participation effective est la preuve de votre adhésion au combat pour la victoire sur l’analphabétisme dans notre pays.

La célébration de la Journée Internationale de l’Alphabétisation de cette année coïncide, au Mali, avec le mois des festivités du cinquantenaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale. C’est donc pour nous l’occasion de faire le bilan de notre expérience d’alphabétisation au cours de ces 50 ans afin de nous projeter dans l’avenir.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

Depuis l’accession du Mali à la souveraineté nationale et internationale, les plus hautes autorités de l’Etat ont fait de l’éducation des citoyens une des grandes priorités. C’est ainsi que le développement des ressources humaines, le renforcement des capacités constituent des priorités pour les autorités politiques et administratives de notre pays. Le développement des ressources humaines, le renforcement des capacités passent par la démocratisation de l’éducation, par l’appropriation du savoir et du savoir faire par les populations, par les communautés des villages les plus reculés en particulier.
Et l’alphabétisation de toutes les populations jeunes et adultes constitue le moyen de cette démocratisation. Le développement, tel que prôné par le Projet de Développement Social et Economique du Président de la République (PDES), sera atteint à ce prix.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

L’extension de l’alphabétisation à toutes les couches sociales et faire d’elle un moyen de promotion sociale a toujours été une préoccupation majeure des différents Gouvernements de notre pays qui se sont succédés.
Le Mali a toujours été au rendez-vous des grandes rencontres internationales sur l’alphabétisation : la conférence de Téhéran en 1965, la Conférence Mondiale sur l’Education Pour Tous à Jomtien en 1990, la Conférence des Ministres de l’Education des Etats d’Afrique en 1991 à Dakar, le Forum Mondial sur l’Education en 2000 à Dakar, la Conférence Régionale sur l’Alphabétisation du 10 au 12 Septembre 2007 à Bamako. Au niveau national, de grandes rencontres ont été organisées: le Séminaire national sur l’Education de 1978, les Etats Généraux de 1989, le Débat National sur l’Education de 1991, le Forum National sur l’Education Non Formelle en 2001, le Forum National sur l’Education en 2008. Ces rencontres ont mis en exergue l’importance de l’alphabétisation comme facteur essentiel de développement.

Des structures de direction ont été créées : le Centre National de l’Alphabétisation Fonctionnelle en 1968, l’Institut National de l’Alphabétisation Fonctionnelle et de la Linguistique Appliquée en 1973, la Direction Nationale de l’Alphabétisation Fonctionnelle et de la Linguistique Appliquée en 1975.

Et depuis des années, après que la Conférence de Téhéran a institué le 8 Septembre comme Journée Internationale de l’Alphabétisation, le Mali consacre une semaine entière à la capitalisation des actions menées par les différents acteurs et au plaidoyer pour une meilleure mobilisation autour de l’alphabétisation.

De 1960 à nos jours, le Mali a mis en œuvre diverses stratégies pour lutter contre l’analphabétisme, stratégies qu’il n’est pas possible de décrire ici.
Le Mali a traduit sa volonté de promouvoir l’alphabétisation dans les faits à travers :
- La création du Ministère de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales en 2007, érigé en Ministère de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales en 2008 ;
- L’augmentation progressive de la part du Budget National allouée à l’Education Non Formelle, de 1% en 2006 – 2007 à 3% depuis Janvier 2008 ;
- L’élaboration du Programme Vigoureux d’Alphabétisation visant à enrôler au moins 500 000 jeunes et adultes par an soit 1 500 000 personnes pendant trois ans.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

La très grande mobilisation dont vous venez de faire preuve me réconforte à juste titre et me rassure dans mes convictions personnelles pour un soutien national à l’alphabétisation. Elle me permet de dire que chacun de vous dans cette salle est convaincu du bien fondé de notre combat pour la promotion sociale et culturelle des populations analphabètes à travers la mise à leur disposition de l’alphabétisation comme outil de développement. Je saisis donc cette auguste assemblée pour réitérer l’appel de Bamako et les engagements pris par les Premières Dames au cours de la Conférence Régionale Africaine sur l’Alphabétisation, tenue ici en 2007 à Bamako dans ce même Centre International de Conférence. L’importance capitale de l’alphabétisation a suscité cet engagement décisif des Premières Dames : « En effet, nous nous sommes engagées à prendre une part plus active dans le plaidoyer en faveur de l’alphabétisation en Afrique d’une part, et d’autre part à inclure davantage l’alphabétisation dans les actions sociales, notamment dans le cadre des fondations », fin de citation..

Cette même volonté a animé tous les Etats participants à cette conférence qui ont ainsi pris l’engagement de créer des Départements autonomes pour l’éducation non formelle et de revoir à la hausse les budgets alloués à ce sous secteur.

Les résultats atteints sont significatifs dans l’amélioration de notre politique éducative et de notre système éducatif, et dans la promotion humaine, en terme de conception de nouveaux curricula, de production de matériel didactique, de formation des animateurs et des néo alphabètes et surtout en terme d’autonomisation des femmes dans leurs activités quotidiennes.
• De 1960 à 2006, l’alphabétisation par les services de l’Etat a touché au moins 1 260 000 personnes (source : CNR-ENF).
• De 1994 à 2001, 202 centres d’éducation pour le développement ont été expérimentés avec un effectif total de 29 832 apprenants dont 22 925 cas de succès.
•De 1994 à 1998, 927 jeunes ont reçu une formation pré professionnelle et des kits pour s’installer.
• En 2002, 866 centres d’éducation pour le développement ont été ouverts.
• De 2002 à 2005, ont été formés 523 jeunes.
• A la date de 2009, les effectifs enregistrés sont de 1302 centres d’éducation pour le développement fréquentés par 31 747 jeunes dont 47% de filles. La même année, en matière de formation qualifiante, 2864 jeunes ont été formés dont 44,46 % de filles

Des efforts sont faits mais beaucoup reste encore à faire pour améliorer la qualité des services et pour atteindre l’alphabétisation universelle pendant les 50 années à venir.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

Je saisis cette tribune pour saluer les efforts des Partenaires dont l’appui technique et financier n’a jamais fait défaut à notre pays dans son combat contre l’analphabétisme.

Qu’il me soit permis ici de transmettre les salutations et les remerciements du Gouvernement et des populations bénéficiaires de toutes les actions d’alphabétisation initiées en leur faveur ; je veux faire ici une mention très spéciale des femmes des villes et des campagnes dont les efforts inlassables dans les foyers, les champs, les ateliers, les bureaux sont indispensables pour conduire notre pays dans la voie du développement intégral. Ceci n’est pas possible sans une attention particulière à l’instruction en général, à l’alphabétisation en particulier et aux langues nationales.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

Cette cérémonie de commémoration de la Journée Internationale de l’Alphabétisation constitue pour moi une opportunité pour souligner un certain nombre de défis qui nous interpellent.
- La qualification de jeunes néo alphabètes et des finalistes des Centres d’Education pour le Développement (CED) qui demeure une des pierres angulaires de la politique éducative de notre pays et un élément clé de la lettre de cadrage du Président de la République, ami des enfants, ami des jeunes.
- L’adéquation qualification/formation des jeunes et emploi.

La question de la qualification de la jeunesse interpelle plus que jamais le politique, tous les acteurs et partenaires, les Communautés, l’Etat, les Collectivités Territoriales, les Organisations Non Gouvernementales, les Partenaires Techniques et Financiers.

Je demeure convaincu aussi que la problématique de l’emploi des jeunes, axe stratégique sensible de notre politique de développement trouvera une réponse appropriée à travers les offres de services de l’éducation non formelle et notamment à travers l’alphabétisation. En effet, l’alphabétisation se présente comme l’un des passages nécessaires pour parvenir à l’atteinte de certains objectifs de développement.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

L’alphabétisation constitue une priorité pour nos institutions nationales comme le Haut Conseil des Collectivités Territoriales, le Conseil Economique, Social et Culturel qui montrent leur volonté ferme de faire de l’alphabétisation un instrument efficace au service de la décentralisation. Car le transfert de compétences et de responsabilités aux acteurs, et la gestion des compétences et des ressources transférées ne peuvent réussir que si ces acteurs font preuve d’un certain niveau de savoir théorique et pratique.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

Mon intention n’est pas de faire ici une apologie de l’Education non Formelle mais de souligner surtout l’importance de ce sous secteur de l’éducation dans la formation des ressources humaines pour le développement communautaire, la mise en œuvre efficace de la décentralisation, la croissance économique et pour le changement en général. L’alphabétisation est sans nul doute, cet outil qu’il faut au Mali pour accélérer son développement grâce à la participation de tous les acteurs formés et conscients des enjeux de ce développement.

- Mesdames, Messieurs ;
- Honorables invités ;

La lutte contre la pauvreté en vue de l’accès à un meilleur cadre de vie, au bien être social et matériel ne passe t-elle pas par le transfert de compétences aux acteurs concernés ?

Nos programmes de formation nos actions d’alphabétisation doivent donc davantage tenir compte de tous ces enjeux en vue de trouver des réponses pertinentes à la problématique de la promotion humaine et du développement socio-économique et culturel.

Enfin, je voudrais ici lancer, une fois de plus, un vibrant appel pour la mobilisation de tous les acteurs afin de soutenir l’alphabétisation.
J’adresse mes encouragements aux communautés bénéficiaires des actions d’alphabétisation, aux services techniques en charge de ce sous-secteur, et tous mes remerciements à tous les partenaires du Mali qui sont inlassablement engagés à vaincre l’analphabétisme.

Vive l’Alphabétisation !
Vive la Journée Internationale de l’Alphabétisation !

Vive le Mali !

Je vous remercie de votre aimable attention

Le Ministre,

Pr. Salikou SANOGO
Officier de l’Ordre National

About these ads

Un commentaire to “Journée Internationale de l’Alphabétisation, le discours de Monsieur le Ministre de l’Education”

  1. fellicitation au deux departement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  222 followers

%d bloggers like this: