Archive for mai, 2012

31 mai 2012

Les élèves ruraux ont découvert leur pays grâce à Internet mobile

Lassana, fils de wa Kamissoko, explique l’histoire de son père aux élèves ruraux sur Internet

Le Mali regorge d’hommes célèbres dans le domaine de la culture. Chacun d’entre eux possède des grandes notions dans un domaine ou un autre. Beaucoup sont connus grâce à l’enseignement de leur histoire à l’école ou par leurs louanges faits par des griots conservateurs de la mémoire collective. Beaucoup restent encore inconnus des jeunes générations.

Internet mobile dans les classes rurales, le blogging au village, les médias citoyens  sont des moyens de faire découvrir aux jeunes générations,  la culture de leur pays. C’est ainsi que les élèves ruraux de 8 villages ont eu la chance d’apprendre beaucoup sur  l’histoire de Wa Kamissoko,  décrit comme tel dans Wikipedia : "Issu d’une communauté de griots traditionalistes chargés de perpétuer la mémoire de la Bataille de Kirina et de l’Empire du Mali qui y fut fondé, il avait acquis une profonde connaissance de la tradition orale mandingue." Si wa kamissoko, un des grands connaisseurs de la tradition mandingue/malienne, est beaucoup connus des anciennes générations, les jeunes générations pourraient encore ignorer son histoire. "C’est notre première fois d’entendre parler de lui et d’écouter son histoire", ont dit certains élèves lors de la tournée.

@fasokan commentant les images culturelles maliennes en ligne

Ces élèves ont eu la chance, grâce à Internet, de bien regarder l’image projetée de  la tombe de ce grand homme malien et d’écouter oralement son histoire avec son fils, Lassana Kamissoko qui était également fier d’avoir l’occasion d’évoquer les hauts fats de son père devant des élèves localités par localités.

"Cette tournée d’Internet mobile dans les classes à donner une chance à nos élèves de découvrir leur pays sur place, de voir des choses comme l’image du Fort de Médine à Kayes (sur le blog de la Direction Nationale du Patrimoine Culturel du Mali),  qu’ils n’auraient pas pu voir maintenant parce qu’ils sont très loin de là-bas", a dit un enseignant après à la fin du cours d’Internet.

La continuité des activités culturelles  du projet Niger-Loire de l’UNESCO pourrait permettre à beaucoup d’hommes de culture maliens cachés dans les villages reculés comme dans ces images,  d’être découverts et connus par les jeunes générations si le système de medias citoyens se développait dans nos localités rurales.

 

26 mai 2012

So nɛɛmalen togoda la

Sigi man nɔgɔn togodaw la funteni fɛ. Funteniba bɛ kɛ sokɔnɔ o waati, wa kɛnɛmadali ye farati ye. O de la, mɔgɔ caman ni fifalan bɛ kɛ.

Sékɔrɔka dɔ, n’o bɛ Segu kɛrɛfɛ, o ye fɛrɛ dɔ ɲini o funtenuko la a ka so kɔnɔ. A ye tiyojan dɔw labɛn, k’olu sɔri a ka so kɛrɛ naani bɛɛ fɛ. fiɲɛ bɛ don o tiyo ninnu fɛ ka taa sokɔnɔna lasumaya. A bɛ tiyo ninnu kun jigin dɔɔnin walasa tile yelen kana don sokɔnɔ. O b’a to a ni fifalan tɛ su ban ɲɔgɔn fɛ.

Nin hakilina in sɔrɔli dama ye koɲuman ye, ali n’a y’a sɔrɔ mɔgɔ si m’a ladege dugu kɔnɔ fɔlɔ. Ka hakilinaw ɲini gɛlɛya dɔw la dugula mɔgɔw yɛrɛfɛ,  o dama ye koɲuman ye. Dɔɔnin dɔɔnin, an bɛ ko dila.

 

Tags: , , ,
25 mai 2012

Une maison bien ventilée au village

C’est dur de vivre au village pendant  la saison chaude. Il fait très chaud à l’intérieur et il n’est pas très prudent des fois de se coucher dans la grande cours. Beaucoup font recours à l’éventail.

Un habitant de Sékoro prêt de Ségou,  tente d’avoir une solution au problème de chaleur dans sa maison. Il s’agit de fabriquer de longs  tuyaux avec le tôle et les placer dans les murs des différents côté de la maison. A travers ces tuyaux, l’air pénètre et rafraichit l’intérieur de la maison. Le faisant, il penche un peu les tuyaux vers le bas afin d’éviter que les rayons solaires pénètre directement à l’intérieur de la maison. Comme ça, il éviter de passer la nuit avec un éventail à la main.

L’idée est déjà bien, même si personne au village ne l’a pas encore imitée. C’est bien déjà de penser à chercher une solution à certaines difficultés au village par les villageois eux-mêmes. Petit à petit, on arrivera.

 

 

 

17 mai 2012

Ɛntɛrinɛti lakodɔnni lakɔlidenw misɛnninw fɛ mangoro kɔrɔ, Sekɔrɔ

Lakɔliden misɛnninw bɛ Ɛntɛrinɛti kunna mangoro kɔrɔ

Sekɔrɔ ye dugu laban ye yanni i ka don Segu dugu kɔnɔ i bɔtɔla bamakɔ. Ɛntɛrinɛti kalan dɔ tun ɲɛsinnen bɛ  kalanso kɔnɔntɔnnan lakɔlidenw ma walasa k’u ka dɔnniɲini nɔgɔya u bolo i n’a fɔ n’u bɛ dɔnni bulonba kɔnɔ. Nka, lakɔliden misɛnninw fana tun bɛ fɛ ka Ɛntɛrinɛti sidɔn, k’a kunfa bɔ u la.

I n’a fɔ jaabi u ka kumakan na : "anw fana bɛ fɛ ka ɛntɛrinɛti kalan", nin kalan in sigira sen kan mangoro kɔrɔ demisɛnninw ye. A kɛra sababu ye demisɛnninw ka ɔridinatɛri mɛnɛ, ka Ɛntɛrinɛti kile don a la, ka taa «Google » kan, k’u ka ɲininiw kɛ kelen kelen.

17 mai 2012

La découverte de l’Internet par des petits élèves du village de Sékoro sous un manguier

Les petits élèves ruraux autour de l’Internet sous un manguier

A Sékoro, le dernier village avant d’entrer à Ségou ville venant de Bamako, cette initiation de deux jours à Internet était destinée aux élèves de la 9ème pour  les aider dans leurs recherches  du savoir comme dans une bibliothèque, mais les petits élèves avaient également envie de découvrir ces outils.

A leur demande : "nous aussi, nous voulons apprendre Internet", ce cours d’initiation a été organisé sous un manguier pour satisfaire à leur besoin, à leur curiosité de taper sur l’ordinateur.  Cette séance de deux heures a été une occasion pour les petits élèves de mettre un ordinateur en marche, de brancher la clé Internet 3G, et d’aller tour à tour sur une page Google et d’y faire des recherches.

13 mai 2012

Nakɔsɔnnan kɔrɔman

Nakɔsɔnnan kɔrɔmanw togodaw la

Waati bɛ yɛlɛma, ali togodaw la, kow bɛɛ bɛ yɛlɛma yɛlɛma dɔnnin dɔnnin ka kɛ tubabu taabolow ye. O yɛlɛma ninnu sen fɛ, an b’a kɔlɔsi ko baarakɛ minɛn kɔrɔlen  caman bɛ an ka duguw kɔnɔ, nka taama jamana ɲɛ fɛ, o bɛ kɛ sababu ye k’a minɛn kɔrɔ dɔw ye, k’u ɲɛnafin bɔ i la bawo, alisa, dugu dɔ la, baarakɛ minɛn wɛrɛ t’u bɔ.

A bɛ k’a ka nakɔ sɔn ni nakɔsɔnnan kɔrɔman ye

Togodala musow bɛ nakɔbaara kɛ kosɛbɛ walasa k.’u ka tile musakaw sɔrɔ. O nakɔbaaraw sen fɛ, nakɔsɔnnan kɔrɔmanw "n’o ye bara datigɛlen ye" olu  tununa k’u nɔnabila ni tubabu nakɔsɔnnan ye dugu caman kɔnɔ.

Dugu caman bɛ yen nin fɛn ninnu tɛ ye tugun, nka, n ka taama sen fɛ Bajidala duguw la, ne taara bala muso nakɔtigi dɔw la, u bɛ k’u ka nakɔ sɔn ni nakɔsɔnnan kɔrɔmanw ye. O kɛra sababu ye ka o minɛn ninnu ɲɛnafin bɔ ne na, bawo ne tun mɛɛnnan ka sɔrɔ m’u ye.

Muso ninnu ko n ma, n’i y’a ye u bɛ minɛn kɔrɔ ninnu mara, baara ka nɔgɔ u bolo n’u ye ka tɛmɛ tubabu minɛnw kan. O kɔfɛ, n’u tiɲɛna, u yɛrɛ bɛ se k’u dila ka sɔrɔ u ma wari bɔ.

12 mai 2012

L’arrosoir traditionnel au village

Les arrosoirs traditionnels au village.

Le temps change, tout devient petit à petit moderne même dans les localités rurales. Au cours de ce changement, nous constatons la disparition de beaucoup de matériels traditionnels dans nos villages, mais le voyage à travers le pays permet de renouer contact et de rompre la nostalgie avec ces matériels  toujours conservés comme outils de travail appropriés dans certaines localités.

Elle arose son jardin avec l’arrosoir traditionnel.

Les femmes pratiquent beaucoup le maraîchage dans les villages pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Dans ces activités de maraîchage,  L’arrosoir traditionnel, fait de "calebasse à sphère complète, muni d’un trou en haut et par lequel on prend de l’eau et arrose les planchers", a laissé place à l’arrosoir moderne dans beaucoup de villages.

Dans beaucoup de localités rurales, on ne rencontre plus ces arrosoirs en calebasse, mais par surprise au cours de mon voyage dans les villages riverains du Fleuve Niger, je viens de rompre ma nostalgie avec ce matériel avec des braves femmes en train de prendre l’eau du fleuve pour aller arroser leurs planchers.

Comme raison de conservation, ces femmes évoquent l’habitude et la facilité pour elles de travailler avec cet outil traditionnel plus qu’un arrosoir moderne qui est encore plus cher, la possibilité pour elles de le rapiécer s’il se cassait.

 

 

 

 

5 mai 2012

Fasokan ye "Kalan ni Seko jɔnjɔn" sɔrɔ Bobs san 2012 ɲɔgɔndan na

Kiritigɛ jɛkulu. (Ja tara Bobs ka siti kan.)

Bobs kiritigɛlaw, (Tubabukan) n’olu ye Bulɔgitigiw, Ɛntɛrinɛti matarafabaw, kunnafoniko dɔnbaa ŋanaw ye, olu farala ɲɔgɔn kan, ka tile kelen kɛ, ka hakililaw falen falen ɲɔgɔndan ŋanaw cɛ, walasa ka sebaw woloma ka bɔ tɔw cɛ ma kategori wɔɔrɔ la. Anw nisɔndiyalen bɛ jɔnjɔntabaw jira aw la sisan. (Ni kunnafoni in tara Bobs ka siti kan aw bɛ se ka kunnafoni tɔ bɛɛ sɔrɔ min kan tubabukan na.)

Kunnafo i cunna tarata mɛkalo tile 2 san 2012. N fana nisɔndiyalen bɛ kunnafoni d’aw tulo kan ko nka siti wɛbu Fasokan, n’o bɛ Bamanankan ni Tubabukan na, o ye san 2012  “Kalan ni Seko jɔnjɔn sɔrɔ Bobs san 2012 ɲɔgɔndan” jɔnjɔn ta. N b’o nisɔndiya n’o ɲagari tila aw fɛ bi. O kama, n bɛ n ka siti kalanbaa bɛɛ fo ani mɔgɔ minnu y’u ka baara bila miniti damadɔ, ka wote Fasokan ye. N bɛ foli ni waleɲumandɔn kɛ ka ɲɛsin Deutsche Welle (Tubabukan) ma u ka ni hakilina ɲuman in bilali ma sen kan ani ka kiritigɛ jɛkulu bɛ fo u ka danaya la ne ka kɛtaw la.

N bɛ dugaw kɛ, walasa cɛsiri min bɛ sen na an ka Farafinnakan ka ɲɛtaa n’u ka lakodɔnni kama, u ka se ka ye kanw cɛma, Deutsche Welle ɲɔgɔndan bɛ kɛ kan minnu na : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, farsi, français, néerlandais, portugais et russe. (tubabukan.)

N ka fali banbali bɛ ka ɲɛsin Global Voices ni Rising Voices duba ma, olu minɛ ye minɛn fɔlɔw sɔrɔli nɔgɔya walasa ka Ɛntɛrinɛti kalanni fɔlɔw kɛ togodaw la. N tɛ ɲinan Alisa n ma kɛ Hakilitigi Ye kɔ, ko bɛ jujɔnna o min na san 2008, togodaw la.

Nin sen in ta ye nisɔndiya ye RFI ka Mondoblog mɔgɔw fana bolo bawo Kamer Kongossa, n’o fana ye Mondoblog mɔgɔ dɔw ye, o ye «Tubabukan bulɔu jolen » jɔnjɔn sɔrɔ : http://kongossa.mondoblog.org/.

N ka foli bɛ Kamer Kongossa ye ani nin sen in jɔnjɔntala bɛɛ. Minnu fana y’u sen don nin ɲɔgɔndan in na n’u ma fɛn sɔrɔ, n ka foli b’u bɛɛ ye. Minnu fana m’u sen don nin ɲɔgɔndan in na fɔlɔ, n bɛ weele bila u ma u k’a lajɛ bawo, jamanako tɛ, wa ɲɔgɔndan in tɛ sigiyɔrɔko ye, n’o tɛ, Fasokan ka dugu ni Alemaɲi ka jan ɲɔgɔn na.

Kunnafoni duman in cunna waati min na, jamana tilali kɛlɛ, polotigiko kɛlɛ ani finitigi kɛlɛ bɛ an ka jamana kɔnɔ. O kama, n bɛ hakɛto ɲini aw fɛ, ka jɔnjɔn in bila “KELENYA NI BƐN TƆGƆ LA MALI LA”

N bɛ sinsin nin ko in kan fana, ka foli di mɔgɔw ma, minnu ka dɛmɛ n’u seko ni dɔnko ma kɔtigɛ  n na Ɛntɛrinɛti degeli sira fɛ.

4 mai 2012

Fasokan remporte le Prix spécial Education et Culture des BOBs 2012

Les membres du jury. (Images prise sur le site de Bobs.)

Le jury des BOBs, composé de blogueurs, militants du net et spécialistes des médias, s’est réuni pendant une longue journée pour débattre des candidats retenus pour la finale dans les six catégories mixtes. Nous sommes maintenant fiers de vous présenter leurs lauréats: (Texte tiré sur le site de Bobs où vous retrouverez tout le résultat de cette édition 2012).

La nouvelle est tombée le mardi 2 mai 2012 ! J’ai aussi le plaisr de vous informer à mon tour que mon blog Fasokan en Bambara-Français, a remporté le  "Prix spécial Education et Culture" de cette édition 2012 et de partager avec vous, cette joie qui m’anime aujourd’hui. Pour l’occasion, je remercie tous mes lecteurs et tous ceux qui ont laissé leurs occupations pendant des minutes pour voter pour Fasokan. Je remercie et félicite également Deutsche Welle d’avoir mis en place cette initiative ainsi que les membres du jury.

Je souhaite qu’un jour, avec tous les efforts déployés autour du développement et de la promotion des langues africaines, elles se retrouvent jour parmi les différentes langues dans lesquelles le concours Bobs se tient : allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, farsi, français, néerlandais, portugais et russe.

Je remercie infiniment la grande famille de Global Voices  francais et rising voices qui a trouvé une bourse pour soutenir le matériel et les premières formations. Je n’oublie pas également l’initiative Toujours Pas Sages à partir de laquelle tout a commencé en 2008 dans les villages maliens.

Cette version de Bobs est également une joie pour la famille de Mondoblog de RFI. Kamer Kongossa, également membre de Mondoblog, est lauréat de la version 2012 de la catégorie ‘Meilleur blog en français’ avec son blog http://kongossa.mondoblog.org/.

Toutes mes félicitations à M. Kamer Kongossa, à tous les autres gagnants et à tous ceux qui ont postulé à ce concours. Pour ceux qui n’ont pas encore tenté, je les invite à tenter leur chance dans les prochaines éditions car Bobs est sans frontière et le concours ne tient pas compte de localités de résidence. Sinon, le village de Fasokan est carrément loin de l’Allemagne !

La bonne nouvelle est tombée au moment où notre pays, le Mali, traverse une grande crise politique, militaire et de rébellion. C’est pour quoi, je vous demande de me permettre de dédier ce prix «A L’UNITE ET A LA PAIX AU MALI.»

C’est également une occasion de remercier toutes celles et tous ceux dont les soutiens, les encouragements et le partage d’expérience en matière de TIC n’ont pas fait défaut.

4 mai 2012

Iran : Bɔlɔnkɔnɔna furannikɛla dɔ ye dolari 500 000 tɔmɔ, k’a di a tigi ma

Ja in tara Global Voices siti kan.

Nin kunnafoni in minɛna ka bɔ Global Voices siti kan

Miliyɔn caman yurukuyurukuli kuma de bɛ Iran kunnafonidi gafew kɔnɔ tuma caman. Misali la, sisan kuma bɛ min kan kibaruyaw kan, o de ye yurukuyurukuba min kɛra banki kunda Iran, i n’a fɔ misali la mɔgɔw fɛ minnu ni fanga tigila mɔgɔw tɛgɛ bɛ ɲɔgɔn bolo.

Nka, a waati kelen fana na, dabaliban kunnafoni dɔ carinna Iran ani diɲɛ fan bɛɛ fɛ tugun : Bɔlɔnkɔnɔna furannikɛla dɔ, n’o tɔgɔ ye Ahimadi Rabani ka bɔ Bojnourd, kilomɛtɛrɛ 7000 ani Teheran cɛ, o ye Toman wari Miliyari kelen tɔmɔ (n’o ye Ameriki Dolari wari 570 000 ɲɔgɔnna ye), nin k’a lasegin a tigi ma.

I n’a fɔ waleɲumandɔn kama, wari tigi ye Toman wari 200 000 d’a ma (Ameriki Dolari wari 120) ….

Iran bulɔgutigi Unirani ye Bɔlɔnkɔnɔna furannikɛla in tanu ka tila k’a jira ko a ka nin wale in walanda ye Silamɛ jamana mɔgɔba bɛɛ ma, minnu tɔgɔ tiɲɛnen bɛ k’a sababu kɛ yurukuyuruku ye. Bulɔgutigi y’a sɛbɛn :

… bololabaarakɛla dɔ ni komini baarakɛla dɔ ye Toman wari Miliyari 1 sɔrɔ bɔɔrɔ kɔnɔ ka tila ka wari lasegin a tigi ma. An b’a ka nin wale ɲuman in hakɛ dɔn haali, an kɛlen k’a dɔn ko sɛgɛnbaatɔ don k’a sababu kɛ jamana sɔrɔkogɛlɛya ye. Siga t’a la, a tun bɛ se ka wari dogo, k’a ka baara bila, ka kɛ miliyɔntigi dɔ ye. Nka, a m’o kɛ. Nin ka kɛ misaliya ye jamana sonw ni yurukuyurukukɛlaw bolo n’u ka politiki miiribaliw ye minnu bɛ jamana bilia sɛgɛn jugu banbali kɔnɔ.

Bulɔgutigi wɛrɛ, n’o ye Pesarirouni ye, o sɛbɛn :

Danbe bɛ yen alisa… nin waati in na ni mɔgɔ si balema hinɛ tɛ a la…Ne wolola bolola baarakɛla du kɔnɔ, wa ne bɛ se ka sɛgɛn suguya bɛɛ kun… N b’a tanu a ka danbetigiya la, wa, n hakili la, jɔnjɔn ka kan ka di a ma nin ko in kama.

Del2del y’a sɛbɛn ko Rabani ka kan ka siga siga nin wari in marali la bawo a yɛrɛ fɛ wari bɛ bɛn Iran bɔlɔnkɔnɔna furannikɛla ka sara faralen ma ɲɔgɔn kan san 166.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 363 autres abonnés