Ségou : vol de bétails, une pratique qui inquiète les populations rurales


 

 

Dans les localités rurales au Mali, rares sont des familles qui ne possèdent pas de bétails. Les animaux sont pour les membres de la famille et sont vendus pour résoudre les problèmes urgents et pour subvenir aux besoins fondamentaux de la famille : payer les dotes, les impôts, les frais de soin… . Généralement, ces animaux domestiques sont gardés dans des coures aménagées dans un coin de la famille ou attachés à des piqués au milieu de la famille pendant la nuit.

Aujourd’hui, les populations rurales ne savent plus sur quel pied danser pour garder leurs animaux contre les voleurs qui passent tout leur temps à les guetter et les voler dès que l’occasion se présente quand tout le monde dort. Ces vols de bétails deviennent de plus en plus  très fréquents et inquiètent beaucoup les populations rurales.  Même les chiens qui sont les vrais gardiens nocturnes familiaux au village,  souffrent aujourd’hui. Les voleurs utilisent tous les moyens pour que ces chiens n’aient pas le temps d’aboyer et de réveiller les membres de la famille.

Comme preuve, notre chien a failli perdre les yeux la nuit du vendredi au samedi 16 septembre 2012 dans la commune de Cinzana-Gare. Le lendemain matin, nous nous sommes rendu compte que deux grosses chèvres de chez nous ont été enlevées par les voleurs. Nous avons quand même été étonnés que cela puisse se passer sans que notre chien ne réagisse. Du coup, nous l’avons vu couché très moche sur la terrasse. Quand nous nous sommes approchés, nous avons trouvé une très grave blessure au niveau de son œil.  Nous avons tous conclu que cette blessure  est l’œuvre des voleurs avec un lance-pierre. Ce jour, nous avons subit deux affronts : nous n’avons pas retrouvé nos chèvres et nous à présent, notre chien souffre.

Des mesures de sécurité doivent être envisagées pour protéger les populations rurales contre ces vols.

 

 

 

 

About these ads

2 Commentaires to “Ségou : vol de bétails, une pratique qui inquiète les populations rurales”

  1. Voilà qui est bien triste et décourageant ! De tout coeur avec vous ! Sonyɛni maloya t’u la wa ?

  2. Ayant etudier il y a quelques annees au Mali avec une specialisation de francais, j’ai appris le pouvoir de la sante publique de responsabiliser, et aussi assurer la dignite, surtout des defavorises.

    Je travaille actuellement a une proposition pour un Boren Fellowship en Afrique de l’ouest pour apprendre le Bambara et faire de la recherche sur la securite alimentaire; en particulier, je m’interesse aux cantines scolaires.

    Je suis desireuse de trouver d’abord une organisation qui peut m’apprendre la langue. Je voudrais passer juin-decembre 2013 en la region. Merci pour n’importe quel conseils, contacts ou ressources. En plus, cela me ferait plaisir de clarifier ce que j’ai introduit ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 368 autres abonnés

%d bloggers like this: